15 janvier 2004. Je me réveille avec un rêve. Je dois recopier le rêve de John Peniel ici, en introduction, tout en le laissant dans le corps du texte. Voici les faits.
Au matin du 11 mars 2003, je me réveillais assez tôt avec un rêve qui confirme toutes mes déductions et analyses. «J'avais été invité, par des gens de Virginia Beach, à donner une conférence pour annoncer «Le Jour du Seigneur. »Je me présentais devant des milliers de personnes en disant : mon nom n'est pas seulement Pierre ou Jean ou Michel [de Notre-Dame] ou Grégoire ou Jacob, mais tous ceux-là. Je suis Jean. Peniel est un endroit où moi, Jacob, et Dieu avons eu une période de «chat» très intéressante.
Je suis ici, maintenant, pour annoncer Le Jour du Seigneur.
»

Voici maintenant ce que j'écrivais pendant la journée qui a suivi ce rêve.
Pendant la nuit du 12 au 13 avril 2003, j'ai vécu une expérience étrange. La nuit durant, j'ai vu des choses comme dans un rêve, mais pas un rêve normal, ni d'ailleurs ma nuit fut-elle normale. Toutes les heures, je me réveillais en parlant et me rendormais pour continuer l'espèce d'expérience bizarre que je vivais.

Pour les besoins de la cause, appelons cela un rêve :

«Je me promenais, rue St-Denis à Montréal, direction Nord, à pied. Je suis entré, comme cela, dans un appartement pour aider des gens, puis dans un autre, pour aider, encore. Cette fois, j'ai remis à une femme une enfant que je tenais dans mes bras ; elle était perdue, je l'ai retrouvée. Je m'apprêtais à sortir lorsque j'ai vu la faiblesse d'une femme enceinte qui s'asseyait péniblement dans les marches d'un escalier.

Je suis allé vers elle, me suis assis à son côté et ai placé ma main droite dans son dos pour lui donner de l'énergie. Nous sommes restés ainsi, sans parler, longtemps. Parfois, je déplaçais ma main, suivant ses besoins en énergie.

Sortis de nulle part, sont arrivés des garçons et des filles, étudiants et étdiantes, se sont assis devant moi et m'ont posé une question : «Pourquoi ?
»

J'ai alors su que j'allais raconter ma vie telle que vécue depuis 1970, dans les grandes lignes. C'est à ce moment que je me suis réveillé pour la première fois en recontant les principaux faits de ma vie. Tout en continuant de parler, je me suis rendormi.

J'ai aussi su que j'allais énumérer mes vies antérieures, celles dont je me rappelle au présent, et que j'allais construire un autre site WEB, contenant ce rêve et mes réponses.

Je m'apprêtais à me réveiller à nouveau lorsque j'ai reçu une autre question : «Pourquoi ?» J'ai su à ce moment à quels pourquoi je devais répondre encore. Le premier : Pourquoi Mahomet ? Le deuxième : Pourquoi l'Armageddon ? »


J'ai longtemps pensé que mon livre principal serait celui que j'ai commencé à écrire en 1986. Mais il s'avère que ce n'est pas le cas. J'ai longtemps pensé que je n'aurais pas, à proprement parler, de vie publique. Mais il s'avère que ce n'est pas le cas. J'ai longtemps pensé que ma théorie de la spiritualité serait trop rébarbative pour être comprise et acceptée. Mais il s'avère que ce n'est pas le cas.


Pour répondre à la question posée, je dois d'abord préciser certaines notions nécessaires pour comprendre d'où je viens.

Il faut savoir, tout d'abord, qu'il existe une «intention d'être» derrière chaque vie, en chaque personne. Cette «intention d'être» fut la nôtre dès notre éveil dans la Conscience.

Nous nous sommes reconnus, nous, Dieu, et nous avons explosé de joie.

Au commencement, il y avait l'Espace divin infini. Dans cet Espace flottait une masse. Elle était Dieu. Et rien d'autre qu'Elle n'existait. Elle était pure Énergie ou pur Esprit. Dieu est tout ce qui EST et rien n'existe qui ne soit Lui : Amour, Beauté, Bonté, Esprit, Intelligence, Loi, Sagesse, Vérité, Vie, etc. Tout existe à l'état parfait parce que tout est Dieu.

Imaginez cette masse comme une épaisse tranche d'amiante, un bloc solide taillé comme au couteau par dessus et par dessous. Soudain se produisit un mouvement à l'intérieur de cette masse. Ce mouvement fut l'éveil de la Conscience. Il fit que la masse se sépara en autant de filaments qui la composaient. Chacun était pure Énergie ou pur Esprit ou Dieu dans sa totalité, avant comme après. Rien ne fut changé dans leur nature. Ces purs esprits, « fils de l'espace », reconnurent leur individualité et leur identité. Car la conscience amène à se reconnaître soi-même. On appelle ces purs Esprits les anges. Nous avons tous été conscients d'en être. Ces anges étaient donc nous. Nous sommes et avons toujours été Dieu, avec tous les pouvoirs et toutes les responsabilités qu'un tel état d'être comporte.

C'est pendant ce fantastique événement que chacun d'entre nous, «fils de l'espace», avons reconnu en nous la qualité divine que nous exprimions. À «l'intention d'être» était associé un nom. Chaque nom comportait une description. Michel, par exemple, signifie : «qui est-ce que se prend pour Dieu ? » Un autre exemple, celui de Raphaël. Ce nom signifie «Dieu a guéri. » Un dernier exemple, celui de Gabriel, qui signifie «Dieu est ma force. »

Nous étions, avions,  sommes et avons encore aujourd'hui chacun, chacune, notre nom et notre intention d'être.

Puis, après des éons à créer l'univers et à y voyager, nous nous sommes rapprochés du plan terrestre. Nous l'avons investi et nous sommes devenus des hommes.

Après des millénaires et des siècles, la Roue du Samsara s'est mise à tourner. Le cycle des incarnations proprement dit débutait. Nous nous incarnions, d'époque en époque, de personnage en personnage. De l'un à l'autre, une idée maîtresse était mise de l'avant par les personnes, au cours de chacune de leurs vies, toujours la même, sous des auspices, des circonstances différentes. Cette idée maîtresse est ce que j'appelle «l'intention d'être. »

Comme tout le monde, j'ai donc exprimé mon intention particulière, de siècle en siècle, de vie en vie. Vous verrez cette intention dans l'énumération que je ferai de mes vies. C'est un filigrane indélébile exprimé par l'esprit. Chaque vie en est intimement imprégnée.

Je vais donc faire ce que je faisais dans le rêve et raconter ma vie, dans les grandes lignes, en partant de 1970, année où j'ai remis Dieu dans ma vie.

À ce moment, je me relevais d'une tentative de suicide. The Amazing Laws of Cosmic Mind Power fut le livre qui m'influença au point de remettre ce Dieu, alors inconnu, dans ma vie. Suite à ce livre, j'ai lu, en cinq ans, plus de dix-huit cents livres, soit un par jour.

De 1970 à 1979, j'ai continué de lire, j'ai voyagé, j'ai travaillé. A partir de mon premier livre sur la spiritualité, je me suis mis à parler de Dieu à tout le monde, au travail, dans ma maison, celle des autres, à l'école, partout où mes pas me menaient.

Comme dans le rêve, je suis allé dans des maisons et des appartements de parfaits inconnu(e)s. Là, je disais que Dieu arrivait ou qu'il avait entendu le cri de désespoir et que l'aide était en route. Les mêmes jours, je recevais des confirmations que mon action avait changé quelque chose dans la vie des personnes que j'avais contactées.

Il m'est arrivé souvent d'imposer les mains, comme dans le rêve. Il m'est arrivé d'enlever complètement les douleurs. Des choses plus belles encore sont survenues. Un compagnon de classe m'a un jour dit que lorsque je parlais, il voyait des fleurs sortir de ma bouche.

1972. J'ai fait un rêve qui allait influencer une partie de ma vie. «J'étais né pour être dans le salon des autres. » Je suis donc sorti pour aller dans le salon des parents de mes ami(e)s, pour parler de Dieu. Je me suis vite lassé, les parents ne voulant rien savoir de mes propos. Ce n'est que beaucoup plus tard que j'allais comprendre que je puis être dans le salon des autres à travers des livres. Le rêve m'annonçait, sans y faire directement allusion, que je deviendrais écrivain.

En 1979, ma mère suggérait que j'écrive mes rêves. Je le fis, sans discussion. Je me rappelai de rêves de mes années passées et j'écrivis ceux dont je me souvenais.

Cette même année, toujours suite à une suggestion de ma mère, je rejoignais un groupe d'études intitulé «À la recherche de Dieu». De tels groupes d'études avaient été créés depuis Virginia Beach et existaient à travers la planète. Comme je le faisais déjà depuis neuf ans, j'ai lu tout ce que j'ai pu trouver, cette fois sur Cayce et ses idées.

C'est Cayce qui a le plus influencé ma pensée. J'ai accepté, grâce à lui, le principe de la réincarnation, principe que je rejetais totalement avant de mieux connaître Cayce. Dès que j'eus accepté le concept, j'ai rêvé d'une première vie antérieure. C'est à ce moment que j'ai su que l'étude des rêves serait importante dans ma vie. J'ai donc suivi un premier cours sur l'interprétation des rêves, même si j'interprétais depuis de nombreuses années déjà les rêves des autres et que mes interprétations collaient en tous points à la vie de ceux de qui j'interprétais les rêves.

En 1986, suivant un désir de ma mère, je commençais à écrire sur mes rêves. Depuis, j'ai écrit quatre livres. Le premier, «L'Acteur et l'Inconnue», n'est pas encore terminé. Ce livre-ci est rempli des rêves que j'ai écrit entre 1979 et 1985. Il contient certaines de mes vies antérieures.

Mes trois autres livres sont «L'Univers et Moi ou Conversations Intimes», publié en 1995. Il contient la réponse aux grandes questions universelles. Le second, « Le Raphaël», est une histoire d'amour entre un vaisseau spatial et une internaute, essai né d'une correspondance [ par courriels ] de huit mois entre l'internaute dont il est question dans le livre et moi. Publié en 2000.

Le troisième est un livre sur l'interprétation des rêves.

Qu'ai-je fait d'autre ? Ah oui ! J'ai écrit plein d'autres textes, mais jamais publiés, sauf sur Internet. Ils sont lus, appréciés, discutés, rarement rejetés.

Quoi d'autre ? Une liste de discussion. Née de la suggestion d'un ami internaute avec qui je discutais, le mercredi soir. Il a dit que je l'avais tellement aidé, que je devrais créer un site où je pourrais donner mon enseignement dans le but d'aider d'autres internautes. La liste de discussion «Enseignements Spirituels Personnalisés» est née, le 16 décembre 2002.

Voilà pour les grandes lignes de ma vie. Passons maintenant à la liste de mes vies antérieures. Mais, un mot avant. Ou plutôt, un texte dans lequel nous trouvons une prophétie d'Edgar Cayce, des considérations d'analyse et un rêve confirmant qui je suis. Ce texte apparaît dans «La Genèse Revisitée », manuscrit jamais publié.

Beaucoup parmi ceux qui ont lu Edgar Cayce attendent John Peniel. Un américain a même changé son nom en John Peniel pour paraître être ce messager. Depuis, treize personnes par année se présentent à Virginia Beach sous le prétexte qu'ils sont John. Ils ont tous été démasqué. Mais ils ne pourront pas démasquer celui qui vient.

«Qui proclamera l'année du Seigneur en celui ou celle [that, en anglais] qui est né en Amérique ? Ceux qui viennent de cette contrée alors qu'ils se régénèrent, non seulement dans leur corps, mais aussi dans leur pensée et leur esprit, ces gens viendront et déclareront que John Peniel donne au monde le nouvel ordre des choses. Non pas que les choses proclamées par Cayce aient été refusées, mais qu'elles sont rendues claires dans la pensée des humains, afin que tous connaissent la vérité, la vie, la lumière, ce qui rendra les êtres humains libres. » Lecture 3976-15, 19 janvier 1934.

J'ai écris le mot régénèrent en italique pour une raison bien spécifique. Le peuple régénéré est le peuple québécois actuel.

Voici mes sources :

- Edgar Cayce, qui a établi la migration particulière de certains groupes d'âmes, stipule que l'esprit des Juifs du temps de l'Exode s'est retrouvé chez les Grecs (450 BC), puis en Palestine au temps de Jésus, pour ensuite se trouver en France au temps de la Révolution de 1789.
- Ce même esprit, d'après une clairvoyante québécoise, se trouve maintenant au Québec.
Ceux de cette contrée sont donc des Québécois.
- Edgar Cayce a dit que Jean et Jacob étaient la même personne. W. H. Church, l'auteur de Gods in the making, rapporte ce fait dans son chapitre "His Name shall be John".
- Or, selon l'analyse approfondie que j'ai faite de mes rêves, je suis Jacob et Jean. Monique Gaudry, dans ses rêves, m'a également associé à Jean.
- Au matin du 11 mars 2003, je me réveillais assez tôt avec un rêve qui confirme mes déductions et analyses.

Vous avez déjà lu ce rêve que j'ai recopié au début de cette page.
«J'avais été invité, par des gens de Virginia Beach, à donner une conférence pour annoncer «Le Jour du Seigneur. » Je me présentais devant des milliers de personnes en disant : mon nom n'est pas seulement Pierre ou Jean ou Michel [de Notre-Dame] ou Grégoire ou Jacob, mais tous ceux-là. Je suis Jean. Peniel est un endroit où Jacob, moi, et Dieu ont eu une période de «chat» très intéressante. Je suis ici, maintenant, pour annoncer Le Jour du Seigneur. »

Je suis le messager dont il est question dans les lectures de Cayce concernant John Peniel.


Voici maintenant mes incarnations, celles dont je me souviens et celles qui me furent révélées :

Au ciel, je suis Raphaël, le Bras guérisseur de Dieu, l'«aidant » par excellence. Sur terre, j'ai été connu sous plusieurs noms. J'ai été

Abel et Seth, deux des fils d'Adam. C'est à Seth, réincarné après sa mort sous les traits d'Abel, qu'Adam a remis tout son savoir ; Apollon, dieu de la divination ; Jacob ; Samson ; Caleb ; Tobit ; Toutmose II, pharaon qui a grandement contribué à maintenir la grandeur de l'Égypte ; saint David, roi ; Hector ; ToutHankAmon, pharaon ; Daniel, prophète ; LiSi, premier ministre de la dynastie Qin ; saint Jean, apôtre et prophète ; saint Bacchus, officier romain converti à la nouvelle religion ; Merlin, prophète ; Mahomet, prophète ; saint Aubert d'Avranches, celui qui a construit l'église du mont Saint Michel ; saint Bernard de Clairvaux, qui a écrit la Règle des Templiers ; Saint Louis (Louis IX) ; Grégoire XI, pape ; Charles VII, roi de France ; Enrique, amérindien Taïno, shaman, prophète et guerrier ; Nostradamus, prophète et guérisseur-médecin ; Gustave II, roi de Suède ; Degandawida, prophète huron ; Marie Waleska, maîtresse de Napoléon ; Rimbaud ; Arthur Lammers, celui qui a introduit Cayce à la réincarnation.

Voyez-vous l'intention d'être dans ces vies ? Nous pouvons aider et guérir en montrant la vie telle que perçue par l'esprit, comme Apollon l'a fait, lui qui était le dieu de la divination. Plus tard, pendant mes incarnations, je fus plusieurs fois prophète : Seth, Jacob, Samson, Tobit, Daniel, saint Jean, Merlin - pas du tout une simple légende -, Mahomet, saint Bernard de Clairvaux, Nostradamus, Enrique, Degandawida.

On peut aussi aider les gens en les guérissant : saint Jean, Enrique, Nostradamus.

Comment Marie Waleska a-t-elle aidé ? En intercédant auprès de Napoléon pour que la Pologne soit souveraine. Par son implication, Marie a permi que tout un peuple retrouve son identité. Quelle guérison !

Je répondrai mainteant aux deux autres pourquoi du rêve.

- Pourquoi Mahomet ? Les tribus du désert, avant Mahomet, adoraient des centaines de dieux. Qui un arbre, qui le soleil, la pluie, les animaux... Un esprit est venu pour unifier les tribus du désert dans le but de leur faire connaître le Dieu unique.

Un plan entre Raphaël et Gabriel avait été mis au point. Raphaël devait venir et Gabriel devait lui souffler, par le truchement de ses rêves, les prémisces de la nouvelle théosophie, celle du Dieu unique. Comme Raphaël connaissait les rêves, lui qui avait été Apollon, David et Jean, pour ne nommer que ceux-là, le plan a été accepté.

Vers l'âge de 40 ans, un type du nom de Muhammad a eu un premier rêve significatif. Il l'a raconté à son épouse d'alors. Elle a vu tout de suite de quoi il s'agissait et a cru en lui.

Nous connaissons la suite. L'Islam est né. Un Dieu unique pour toutes les tribus. Le but était atteint.

Ce qu'en ont fait les hommes est une autre histoire qui ressemble étrangement à l'histoire du catholicisme et autres religions du monde, toutes transformées par l'ignorance de la valeur spirituelle intrinsèque de l'être humain.


- Pourquoi l'Armageddon ? Parce que l'humanité a failli, l'Armageddon étant le conflit entre le matérialisme et la spiritualité. Ce conflit existe depuis Abel.

Comment ? Pourquoi ?

Pour répondre à cela, il faut savoir ce que les prénoms d'Abel et de Caïn signifient.

    • Abel, en araméen, signifie «l'âme et la nature humaine idéalisées. »
    • Caïn, dans la même langue, veut dire «le corps et les désirs matérialistes humains. »


Abel est essentiellement végétarien, lui qui a fait le sacrifice de manger de la viande, tandis que Caïn est carnivore. La leçon à retenir, lorsque Caïn tue Abel, est un avertissement sérieux. La signification du sacrifice d'Abel ? Il démontrait son désir d'exalter l'âme et les qualités spirituelles.

Caïn, de son côté, ne se veut qu'un homme. Il délaisse et tue sa spiritualité.

Le message entier est donc le suivant : si nous n'y prenons garde, notre nature humaine et matérialiste peut tuer notre nature spirituelle.

C'est ce qui se passe au présent. Le comflit entre la nature humaine et la nature spirituelle a un nom : Armageddon.

Fin.


Le 3 novembre 2004, je me réveillais avec un nom : Seth







Pour aller à la dernière page, où vous trouverez un formulaire, si vous avez des suggestions ou des questions.




Pierre Fortin,
site corrigé en décembre 2016