25 avril 2017, un rêve :

 

            Il fallait absolument que je me rappelle de quelque chose que ma mère avait écrit, un jour. Elle avait écrit : qu’est-ce qu’un saint ? Cette nuit, je me suis souvenu de la réponse :

 Un saint est toute personne qui SAIT que Dieu parle à travers les rêves, et qui agit selon les termes du rêve, c’est-à-dire qu’il agit selon ce que Dieu demande dans le rêve.

 Et là, je raisonnais, dans le rêve. Je me disais qu’il ne fallait pas confondre les demandes de Dieu. Dieu ne demande pas, comme le croient les psychopathes, de tuer telle ou telle personne ! 

 Exemples :

 1- Dieu a-t-Il demandé à Abraham de tuer son propre fils ? Bien sûr que non. Qui ne comprend pas les symboles des rêves (songes) ne peut comprendre les livres sacrés. Le fils est le produit d’une union entre deux êtres. En tant que symbole, il représente ce qui sort de nous, soit nos créations matérielles, physiques.

Dieu demandait à Abraham de tuer ses pensées matérialistes.

 2- Caïn et Abel. Caïn, en araméen, signifie la nature humaine poussée à son maximum. Abel, dans la même langue, signifie la nature humaine spiritualisée.

Caïn offre au Seigneur des légumes, tandis qu’Abel offre de la viande. Le sacrifice de ce dernier est agréable à Dieu.  Pourquoi ? Caïn est essentiellement carnivore alors qu’Abel est végétarien. Caïn tue Abel. La nature humaine tue la nature spirituelle.

 Un autre exemple me venait, celui de Jacob. Après son combat avec l’ange de Dieu, est-il écrit, l’ange lui donna un autre nom : Israël. Ce nom signifie « Celui qui cherche Dieu». Qu’est-il donc arrivé, réellement, lors de son combat ? Eh bien, voici : parce que Jacob a gagné son combat contre l’ange, la nature humaine (Jacob) a été trouvée digne de retrouver sa spiritualité (ange).

 Un autre exemple : Ève. Sortie de la côte d’Adam, paraîtrait-il. À cause de cette archi fausse interprétation, tous les hommes ont pensé que la femme leur est inférieure. Et cette fausse croyance s’est transmise à travers toutes les civilisations, tous les peuples, toutes les religions ou presque. Et pourtant ! Rien n’est plus faux.

 Ève n’est pas sortie d’une côte d’Adam. L’adam était un être spirituel hermaphrodite, c’est-à-dire qu’il possédait les deux natures, intuitive et rationnelle. C’est le «côté» intuitif de l’adam qui devint Ève, et non sa côte. Adam et Ève sont complémentaires. Ils sont UN. Deux âmes pour un seul être.

Un dernier exemple. Celui de l’arbre du bien et du mal et de la pomme. S’agit-il vraiment d’un pommier ?

Non, bien sûr. L’arbre représente l’être humain et la pomme ( fruit de l’arbre ), le mental, fruit de l’être humain physique. L’homme a goûté au fruit et il a aimé. L’être humain a goûté au mental et il a aimé. Par la suite, il a graduellement perdu la notion qu’il était, d’abord et avant tout, un être spirituel, car le physique tue le spirituel, comme on l’a vu dans l’exemple des frères Caïn et Abel.


Apprendre à connaître les symboles oniriques (des rêves) nous aide à comprendre la portée des livres sacrés. Et leur signification.



Retour

 

Page créée le 25 avril 2017