Extrait - édité - d'une discussion sur ma liste.
L'adresse du groupe au bas de la page.


Bonjour la gang.

> Je vois dans tes écrits que tu élabores une grande métaphysique. Mais la métaphysique a cela de désavantageux, on y voit difficilement la portée sur la vie. Si tu veux que l'on croit en ce que tu dis, fais vivre tes enseignements. Fais pleuvoir les nuages ! Tu peux accomplir cela ?:-)

;-) Je ne sais pas si je peux faire pleuvoir, mais je peux parfois écarter les nuages de dessus ma tête.

Je te l'ai dit souvent Simon. Dans cette question : manges-tu pour vivre ou vis-tu pour manger ? Applique cette question à tout ce que tu fais, dans tout ce que tu vis.

> J'ai une question pour toi : est-ce que tu vis pour agir ou bien agis-tu pour vivre ? Et pourquoi ?

Tordue, ta question, mon ami ! J'agis pour vivre. J'écris pour enseigner. Je reçois des visions pour les donner. A quoi serviraient-elles, mes visions, si je ne les partageais pas ? A quoi servirait tout ce que je suis si je n'acceptais pas de vivre ? Je suis, pour vivre la vie spirituelle.

> Simon, je suis prophète aujourd'hui comme je le fus à plusieurs reprises dans le passé. Le prophète est celui qui dit ce qui arrivera (si l'homme ne change pas sa manière de voir et de faire les choses.)

> Dit comme cela, on dirait que tu es une menace. Ta position dans le monde apparaît comme un menaceur. Tu peux changer la formule non ? Autrement dit, le fond est vrai, mais la formule peut porter à confusion. L'idéal : aider les gens à devenir autonomes devant les choix qu'ils font, afin qu'ils puissent, en toute conscience, connaître le type de graines qu'ils ont semées pour en assumer le développement. Nouvelle formule du prophète joyeux : la sensibilisation spirituelle.

Mon ami, on dirait que tu le prends comme une menace. Ça, c'est ta responsabilité et ton choix de le prendre ainsi. D'autres prophètes avant moi ont dit sensiblement la même chose que moi. Les prophéties sont reçues par les prophètes et données au monde pour que les hommes changent. Les prophéties sont comme les cauchemars. Elles/ils arrivent pour que les humains se réveillent avant qu'il ne soit trop tard.

Un homme-Dieu se comporte de manière à ce que les autres sachent qu'ils sont Dieu, individuellement et collectivement.

> Ça m'en dit pas gros. Quel est ce comportement qui fait en sorte que l'on sait que nous sommes Dieu ? Des exemples ? Tu n'as pas rédigé quelques paraboles qui pourraient exprimer cela ? > Tu me répondras peut-être qu'il faut vivre pour manger, etc... Mais qu'est-ce qui, dans ce comportement, me fait sentir Dieu ?

Psaume 82. Écrit par Asaph, à la cour du roi David. Asaph qui était une précédente incarnation de Jésus. Il a écrit que «Dieu se tenait devant l'assemblée des dieux. Dieu disait : vous tomberez comme des hommes, vous mourrez comme un prince quelconque. » Preuve que les hommes sont des dieux. Ce n'est pas une émotion ou un comportement, ça Simon, mais une connaissance. Quand tu acceptes que tu es Dieu, alors là, ton comportement peut changer. Mais il ne changera pas tout seul. Tu devras agir - vivre - comme un être divin en moulant ta volonté à celle de la Conscience universelle.

On dit de Jésus qu'Il connaissait le cœur des hommes. Comment pouvait-Il ? Quand tu sais (connaissance) et accepte (volonté) que tu es Dieu, tu vois, tu comprends, un peu plus chaque jour, les raisons derrière tes propres comportements et ceux des autres. Tu sais, en gros, les raisons derrière les agissements.

Aimer son prochain, c'est lui prodiguer tous les bienfaits dont il a besoin. Le prochain, Simon, c'est celui (celle) qui a besoin d'une aide immédiate.

> Aimer son prochain comme soi-même, c'est aussi accepter de devenir le prochain des autres. C'est comme pour se faire des amis : on nous choisit comme ami ou on devient l'ami de quelqu'un.

Au sens de la Bible, il y a deux conditions, pas plus, qui s'appliquent au «prochain». La première est d'être dans le besoin. Le prochain est celui ou celle qui a besoin d'une aide immédiate. La deuxième condition qui s'applique au «prochain» est d'être aidé. Lorsque tu auras besoin d'aide, tu seras le prochain de celui ou de celle qui t'aidera. Ne confond pas avec voisin. Si ton voisin est dans le besoin et que tu ne l'aides pas, il n'est pas ton prochain. Le prochain est celui qui est dans le besoin et que tu aides.

> > «Est-ce qu'il guérit la maladie ? »

Il fera tout son possible pour découvrir la cause de la maladie et ainsi aider la personne malade à guérir elle-même, par son action propre. Si la cause est karmique, la personne travaillera sur elle-même et ou aidera les autres. Tu te souviens de mon site sur la santé ? Les cas de leucémie sont des cas où les personnes ont versé le sang des autres dans des vies antérieures. Aujourd'hui, une personne atteinte de cette maladie devra aider les autres. Ainsi elle travaillera sur elle-même de même que sur les autres. Elle pourra ainsi contribuer à sa guérison personnelle.

> Tu es beau quand tu dis qu'une personne atteinte de la leucémie devra aider les autres. Quand on réfléchit plus, je pense que pour un nombre de maladies, si on disait au malade que désormais, il serait bon pour lui de faire quelque chose de bon, de se laisser être l'aide de quelqu'un. Cela donne au malade le sentiment que sa maladie n'est pas, en elle-même, une mort. Au contraire, il a tant d'autres choses à vivre. Du plus profond de sa maladie, il est appelé à s'en servir pour approfondir la qualité de la vie. C'est beau. Cette formule me donne presque le goût de me rendre moi-même malade, simplement pour qu'un jour je puisse vivre cet appel à la vie. Je ne le ferai pas, mais c'est juste pour faire ressortir l'aspect positif de la situation maladive d'une personne. En d'autres mots, on aborde la personne par une attitude bienfaisante, avec une ouverture à la vie.

Exact. Edgar Cayce disait d'ailleurs que celui qui aide les autres à guérir se guérit lui-même.

> > «Dis-nous comment on doit vivre pour sentir Dieu dans notre vie ? »

> D'abord, accepter que tu sois Dieu. Voir Dieu dans les autres. S'ils ne le savent pas, le leur enseigner en le leur disant. Agir en divin. Crée des atmosphères où l'Amour inconditionnel est expérimenté et exprimé.

> Ce qui, dans la vie, élève l'homme à la vie divine, est-ce l'amour ? Y a-t-il autre chose qui puisse élever l'homme à cette réalité ?

L'Amour comprend tout, autant dans le sens de comprendre que d'englober. La connaissance enseigne. La connaissance - enseignement - acceptée élève l'homme vers la réalité spirituelle. Si tu sais que tu es Dieu, n'agiras-tu pas comme Dieu ? Et que fait Dieu ? Il crée. L'Amour permet que tu apprennes qui tu es. Lorsque tu découvres et acceptes que tu es Dieu, cette connaissance te donne des ailes.

Tu dis : «Nous ne voulons pas des enseignements et des connaissances - nous voulons vivre. » Comment sauras-tu comment vivre [spirituellement] si tu n'as pas les connaissances ?

> On y arrive. Qu'est-ce qui, dans la connaissance, permet à l'homme de vivre spirituellement ?

Tu te sers de la connaissance pour agir. Tu mets en pratique ce que tu as appris. Tu pratiques à être Dieu en aidant les autres, en envoyant des vibrations de soutien, de paix, d'amour… En répondant à leurs questions ;-)) au meilleur de ta connaissance !

> «Comment doit-on vivre pour sentir et se sentir Dieu dans notre vie ? »

Saches que tu es Dieu. Regardes-le partout où tes yeux se posent. Dieu est la vie, toute vie.

> Comment on fait pour réussir à reconnaître qu'on est Dieu ? Je me regarde partout, et j'ai du mal à qualifier ma vie de "divine". Qu'est-ce qui, dans ma vie, porte ce qualificatif ? Tu dis que la vie elle-même est Dieu. Alors, qu'est-ce que la vie ? Parle m'en !

Nous reconnaissons que nous sommes Dieu lorsque nous acceptons que nous sommes Dieu. Tout, dans ta vie, porte le qualificatif de Dieu LORSQUE TU AGIS COMME TEL. Si tu agis en démon, tu es ego. Lorsque tu agis dans le sens de l'esprit, tu es divin. Simon, tes attitudes et tes choix définissent ton comportement et ta qualité d'être.

> «… Que disent tes enseignements [et ta] connaissance au sujet de la façon dont la spiritualité doit être vécue ? Quelle est ton éthique de vie ? »

Comment vivre la spiritualité ? Simplement. En sachant que tu es UN, Dieu, avec les autres qui sont également Dieu. Tout ce que tu fais, dis, penses, de toutes les façons dont tu agis, imprègnes-toi de divinité en sachant que tu es un être spirituel. Ce n'est pas compliqué ! Tout est dans les choix que nous faisons. Vivons-nous pour manger ou mangeons-nous pour vivre ? Faisons-nous de l'argent pour vivre ou vivons-nous pour faire de l'argent ?

> Qu'est-ce que la divinité ?

Commençons par ce qu'elle n'est pas. Elle n'est pas à l'extérieur de toi, de nous. Tout est divin, né de la divinité - spiritualité -. Au sens large du mot, la divinité était un nom commun désignant un être qui agissait à côté des volontés ou besoins humains. Nous n'avons qu'à nous rappeler les divinités grecques, romaines ou autres.

Selon les propos qui nous occupent, je désigne la divinité comme une qualité intrinsèque à l'être humain. Dans la majorité des cas, l'être humain est une divinité qui ignore qu'il est un être divin, une divinité.

> Peux-tu me décrire l'impact sur la conscience de choisir de manger pour vivre au lieu de vivre pour manger ? Peux-tu décrire la transformation occasionnée par cette attitude ?

La personne qui choisit de manger pour vivre choisit tout un jeu de circonstances qui l'amènera à changer beaucoup de choses dans sa vie. Le choix dépend des connaissances de ladite personne. La conscience pourra s'en trouver éventuellement allégée. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. Parce que l'ego suggérera que le choix n'aura pas été le meilleur. Si la personne persiste dans son choix, ses attitudes face à sa vie changeront. Il y a des chances qu'une grosse personne qui choisit de manger pour vivre, maigrisse. Il y a des chances que la santé d'une personne malade qui choisit de manger pour vivre, s'améliore.

Or, les choses doivent changer. La conscience humaine doit être réveillée. L'intelligence [spirituelle] doit être utilisée alors qu'elle ne l'est absolument pas en ces temps de troubles.

> Tu parles maintenant de l'intelligence spirituelle. En quoi consiste-t-elle ? Qu'est-ce qui inspire l'intelligence spirituelle ?

L'intelligence spirituelle est ce que tu utilises lorsque agis en sachant et en acceptant que tu es Dieu. C'est l'intuition qui l'inspire.

> «Comment utiliser la connaissance spirituelle dans la vie ? Peux-tu nous l'enseigner ? »

En aidant les autres. Tends les bras et accueille les malheureux, ceux qui souffrent. Donne un coup de main. Console. Fais un détour pour aider quelqu'un. Assieds-toi près de quelqu'un qui pleure et reste là, sans rien dire. Souris quand tu te promènes. Ne sois pas avare de compliments. Sois un «gentleman».

La conscience humaine doit accepter qu'elle est née de la spiritualité.

> En quoi la spiritualité est-elle le Mère de la conscience humaine ?

Tout vient du monde spirituel, des pensées. Nous, êtres spirituels, projetant des pensées, avons créé l'univers. Nous avons projeté nos pensées sur la matière pour nous créer des corps. Le corps spirituel s'est imprégné de matière jusqu'à devenir le corps que nous connaissons aujourd'hui, ce que nous sommes devenus, des entités visibles et agissantes, le corps étant l'apparence extérieure des projections de l'esprit-âme-ange.

La spiritualité se vit par les choix que nous faisons en privilégiant les vertus sur les instincts purement humains comme l'égoïsme, mère de tous les vices. Dieu est non seulement Amour, mais la Vie elle-même. Dieu est tout ce qui vit, à la perfection. Il nous revient d'atteindre cette perfection.

Je dis aussi que la grande prostituée de l'Apocalypse [chapitre 17], n'est pas la femme, comme tu le dis dans un de tes textes, mais l'Église.

> Mon interprétation a démontré que la femme de l'Apocalypse symbolisait celui qui cherche Dieu. Où sont réunies 2 personnes qui cherchent Dieu, voilà une Église, une communauté de croyants : de connaissants, devrais-je plutôt dire.

> Au chapitre 12, on présente la femme, celui qui cherche Dieu, alors que s'enfante en elle-même la nature divine. Au chapitre 17, la même femme s'est prostituée. Cela représente, en effet, l'Église chrétienne. Ceux en qui la nature divine était vouée à s'enfanter en eux se prostituèrent de toutes les manières. Hélas !

La femme du chapitre 12 et celle du chapitre 17 ne sont pas la même. Le chapitre 12 parle de la femme aux étoiles, comme tu le sais. Au chapitre 17, il s'agit d'une prostituée. Ne va pas faire l'erreur de penser qu'il s'agit de la même personne. Il n'en est rien.

… Je me suis incarné au Québec parce que les conditions nécessaires à l'accomplissement de la mission demandée par Jésus lui-même y étaient réunies.

> Quelles sont les conditions nécessaires à l'accomplissement de ta mission ? Nomme cela, et peut-être deviendrons en nous-mêmes les circonstances favorables au déploiement de ta bonne volonté.

Ma bonne volonté ? Tu me donnes trop de crédits !

Mais voici les conditions : L'esprit qui devait enseigner aux nations s'est tout d'abord trouvé chez les Juifs. Rappelles-toi que les Juifs étaient supposés «être le peuple choisi». Choisi pour quoi ? Pour enseigner. C'est la raison pour laquelle il y eut tant de prophètes parmi ces gens. Cet esprit s'est trouvé, plus tard, chez les Grecs avant de retourner chez les Juifs pour accueillir Jésus et faciliter sa tâche. Ce même esprit s'est retrouvé, à travers les siècles, dans différents environnements pour arriver, au 18e siècle, à promouvoir la Révolution française. Cet esprit, toujours le même, se trouve maintenant au Québec, selon une clairvoyante canadienne.

Autre condition : Il fallait que Cayce arrive pour opérer une ouverture spirituelle chez les gens. À cette ouverture, j'y ai participé, en posant des questions à Cayce, dans les années 1930. Tu sais de qui je parle.

Je suis mort (par suicide) et je suis revenu, pour accomplir le reste de ma mission qui date de pas moins de 12000 ans. Je suis venu pour accomplir les prophéties et pour annoncer le Jour du Seigneur, tel que Cayce l'avait annoncé dans une de ses lectures.

Comme trois de mes rêves le stipulent, je suis né 1- pour être dans le salon des autres (né pour écrire), 2- pour expliquer les mystères (né pour que les autres comprennent ce qui est actuellement incompréhensible pour eux) et 3- pour que d'autres vivent (ce que j'écris, les gens le comprendront et vivront la vie divine).

Tu dis enfin : «Je suis avec toi jusqu'au bout mon ami. Je cherche Dieu tous les jours. »

Je ne cherche pas Dieu. Je l'ai trouvé. Il est toi, il est David, Grégoire, Francis, Valéry, Yvan, Nicole, Georges, et les autres, ceux qui s'expriment, ceux qui se taisent, ceux que nous connaissons, ceux que nous ne connaissons pas. Regardes-le se promener sur ta rue, à l'université, dans les centres communautaires, les centres commerciaux, les pubs, les salles de danse, partout. Il est. En tout. Il est Tous, Toutes.

> D'après toi, quand Dieu bombarde Dieu, comment se sent-il ? La sensibilité de Dieu est un beau sujet. On aimerait que tu en parles, surtout en ces moments si difficiles.

Dieu est peiné de l'attitude ignoble des gens. Mais il sait aussi, comme Jésus-Dieu disait : Il faut que ces choses arrivent. Tant que l'humain ne comprendra pas ni n'acceptera qu'il est un dieu, il fera des bêtises et il y aura des prophètes pour le prévenir que s'il ne change pas, il lui arrivera des malheurs.

Pierre




Groupe de discussion que j'anime : Enseignements Spirituels Personnalisés



Liens de ce site :
| L'Amour inconditionnel | Des rêves d'ailleurs | Enseignements - 2 | Enseignements - 3 | La Signification des Rêves | Le Spiritisme, les cas de possession et les extraterrestres | Symboles quotidiens | Notre création ? | Un Maître non ascensionné | La Nouvelle Genèse, expliquée |