DEUXIÈME PARTIE

LE PÉCHÉ ORIGINEL

Il n'y a pas, à proprement parler, de péché originel tel que décrit par la Bible et expliqué par les exégètes et les prélats. Adam et Eve n'ont pas mangé de pommes. Ce qui a causé la séparation d'avec Dieu, c'est notre incorporation. D'anges et d'âmes, nous sommes devenus des humains. Dans notre habit d'humain, chacun a petit à petit oublié ses origines célestes, divines.

L'oubli est, en quelque sorte, la perte de conscience de notre vraie nature, ce que d'autres écrivains, ne sachant pas ce qui se passait véritablement, ont nommé péché. Mais ce n'est pas non plus un péché comme tel ni même une erreur. C'est le résultat de notre immersion dans la matière, notre apprentissage de la matérialité.

LA MORT D'ABEL

Caïn a-t-il tué son frère Abel juste pour un tas de viande ? Les circonstances de ce drame sont les suivantes. Caïn, pour plaire à Dieu, brûle des légumes. Abel, lui, brûle de la viande. Son sacrifice plaît à Dieu. Pas celui de son frère. Caïn, jaloux, dans l'incompréhension totale où il se trouve, tue son frère. Pourquoi ?

Pour répondre à cette question, il faut connaître la signification des prénoms.
Abel, en araméen, signifie "l'âme et la nature humaine idéalisées."
Caïn, dans la même langue, veut dire "le corps et les désirs matérialistes humains. "
Abel est essentiellement végétarien, lui qui a fait le sacrifice de manger de la viande, tandis que Caïn est un mangeur de viande. La leçon à retenir, lorsque Caïn tue Abel, est un avertissement sérieux. La signification du sacrifice d'Abel ? Il démontrait, par son sacrifice, son désir d'exalter l'âme et les qualités spirituelles.

Caïn, de son côté, ne se veut qu'un homme. Il délaisse et tue sa spiritualité.

Le message entier est donc le suivant : si nous n'y prenons garde, notre nature humaine et matérialiste peut tuer notre nature spirituelle.

CAÏN PREND FEMME

Où Caïn a-t-il trouvé cette femme s'il n'y avait au paradis qu'Adam et Eve et, maintenant, Caïn leur unique enfant ? La Genèse classique ne dit rien sur le sujet. Elle ne parle pas des autres humains. N'avait même pas dit qu'il y avait d'autres gens qu'Adam et Eve dans le jardin d'Éden.

Selon les propos de Sujet et ceux d'Edgar Cayce, le prophète américain mort en 1945, il y avait plusieurs centaines de milliers de personnes sur terre. Il y avait même 5 races, établies sur 5 continents. [Nous verrons d'ailleurs cela plus loin dans un texte sur les races souches. ]

DÉCOMPTE

Dans plusieurs pages de la Genèse, il y a un décompte des années de vie d'Adam, de ses enfants et de leurs enfants. Plusieurs ont vécu près de 1000 ans chacun.


Genèse, Chapitre 6,1 : L'adam devient multitude sur la surface du sol; aux multitudes naissent des filles. Les fils des dieux voient la beauté des filles de l'adam et se font des femmes de toutes celles qu'ils désirent.

De cette pratique est née la tradition qui permettait qu'un homme puisse prendre plusieurs femmes. L'humain avait déjà oublié sa nature spirituelle ; il avait aussi oublié qu'il possédait un seul double parfait. À cause de cet oubli, il se permit toutes sortes de fabulations et de digressions à la LOI : un homme, une femme. Les deux ne font qu'un.

Ces pratiques contre [la] nature [divine] devinrent des traditions. En cela, l'homme a eu tort, tout au long de l'histoire, de prendre plus d'une femme pour épouse.

L'APRÈS DÉLUGE

Avant le déluge, l'adam - l'humain - était essentiellement végétarien. Dieu avait donné en nourriture, à l'adam - de même qu'aux animaux -, toute herbe, tout fruit et racine. Après le déluge, plus aucune culture ne vivait.

Il fallait quand même que l'adam se nourrisse. Dieu a alors donné à Noé toute bête et tout végétal en nourriture. Tout est entre nos mains. Je rappelle cependant que nous sommes - essentiellement - des êtres végétariens. Notre estomac n'a pas été conçu, au départ, pour digérer la viande.

Par la même occasion, Dieu révélait, en quelques mots, le principe de base du Karma.

En Genèse 9,5-6 Il a dit : "Attention ! Je réclamerai la vie à qui aura versé ton sang ; je la réclamerai aux bêtes, je réclamerai la vie de l'adam à l'adam et à chacun le sang de son frère. Qui verse le sang de l'adam, l'adam son sang versera. "

Cette dernière phrase explique le principe karma - réincarnation -, car sans réincarnation, il n'y a pas de karma. Il s'agit du même adam - homme -. Un exemple pour expliquer : Alphonse tue Arsène. Arsène revient dans une autre vie et tue Alphonse. Karma. Jésus disait : "Si tu tues par l'épée, tu périras par l'épée. " Il disait aussi : "Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu'on te fasse. "


L'ÉPREUVE D'ABRAHAM

Genèse Chapitre 22 : "le dieu d'Abraham demande : prends ton fils, ton fils unique, Isaac. Pars et tu l'offriras en holocauste... " Qu'est-ce, au juste, que Dieu demandait à Abraham?

A cause du principe même énoncé par Dieu dans cette phrase : " Je réclamerai la vie à qui aura versé ton sang ", l'humain, l'analyste, l'exégète ou le prélat aurait dû comprendre et se rendre compte que Dieu ne demandait absolument pas à un homme de tuer son propre fils !

Que demandait donc Dieu ? Il faut bien comprendre que Dieu n'est pas une entité séparée de nous. Un proverbe souligne que Dieu est plus près de nous que notre peau même.

Le Dieu créateur est l'ensemble des esprits. Pour reprendre ce qui a déjà été écrit, Il est tous les filaments qui composaient la masse primordiale. Chacun était pure Énergie ou pur Esprit ou Dieu dans sa totalité, avant comme après. Rien ne fut changé dans leur nature. Ces purs esprits, " fils de l'espace ", reconnurent leur individualité et leur identité. Car la conscience amène à se reconnaître soi-même. On appelle ces purs Esprits les anges. Nous avons tous été conscients d'en être. Ces anges étaient donc nous. Nous sommes et avons toujours été Dieu.

Dieu est notre esprit, notre âme, nous-mêmes en tant qu'humains, collectivement et/ou séparément. Cette notion explique d'ailleurs la trinité. L'instance spirituelle de notre être nous demande de tuer nos [fils] idées matérialistes. Le fils unique représente [tout] ce qui naît de nous, sur le plan mental, c'est-à-dire nos idées, nos projets et, par ricochet, nos réalisations dans le physique.

En obéissant aux désirs de l'esprit, c'est-à-dire, en acceptant de ne pas tomber dans le matérialisme, nous prenons le chemin de la re-spiritualisation de notre être entier.

JACOB

Yhvh Dieu dit à Rébécca, épouse d'Isaac, enceinte : "Deux nations dans ton ventre, deux peuples divisés dans tes entrailles ; un peuple plus fort que l'autre ; le grand au service du petit. " A leur naissance, Ésaü vient juste devant Jacob qui tient son frère par la cheville, d'où son nom.

Le nom de Jacob signifie d'abord Celui qui tient par la cheville. Il signifie aussi, en araméen : Celui qui tient Dieu, Celui qui se tient debout devant les dieux et les hommes et vainc. Une troisième signification qui aura toute son importance dans la vie de Jacob : Illumination de l'âme.

Pour un plat de lentilles, Ésaü vend son droit d'aînesse à son jumeau Jacob. À cause de cela, Jacob reçoit la bénédiction de son père, normalement dévolue à Ésaü, lui qui est né le premier. Isaac ignorait la chose, mais Rébécca savait, semble-t-il. Jacob a quand même menti à son père.

Cette imposture n'explique pas tout. Quelle en était la raison cachée ? La réponse tient dans le discours de Yhvh à Rébécca : "Deux nations dans ton ventre, deux peuples divisés dans tes entrailles ; un peuple plus fort que l'autre ; le grand au service du petit. " Ésaü, plus fort que Jacob, sera au service de celui-ci. Ésaü deviendra le père de la nation arabe tandis que Jacob, celui de la nation Juive - Genèse, chapitre 35, 11.

SONGE DE JACOB

Tout le monde connaît le songe de l'échelle de Jacob. Dans son rêve, Jacob voit une échelle debout vers la terre, tête dans le ciel où des anges de Dieu montent et descendent.

Pour Jacob, ce rêve se voulait un rappel. Les anges s'incarnent et, après un certain temps de vie, remontent au ciel pour redescendre de nouveau pour un autre périple terrestre. Ce rêve démontre le principe de la réincarnation tant décrié par l'Église et ses "sbires. "

Mariage de Jacob. Jacob voulait épouser Rachel, fille de Laban, mais eut Léa, l'aînée, à la place. Jacob, indigné, demande des explications. Laban lui répond que chez lui, l'aînée passe toujours en premier.

D'une certaine façon, Jacob payait déjà pour le coup qu'il avait fait à son frère Ésaü en recevant à sa place la bénédiction de son père.

Puis, pendant plus de vingt ans, les affaires de Jacob prospérèrent. À cause de la bénédiction de son père, toutes les promesses, Dieu les a tenues. Jacob partit du pays de son oncle un homme riche.

Avant de rencontrer son frère Ésaü, Jacob s'est battu. - Genèse 32:25-30. Quelqu'un lutta avec lui jusqu'à la pointe de l'aurore, dit l'histoire. "Ton nom ne sera plus Jacob mais Israël. Tu as affronté des dieux et des hommes et tu as été le plus fort", dit l'ange. L'ange lui a dit exactement ce que son nom signifie. Mais plus encore, il lui a dit ce qu'il était venu faire sur terre. La signification du combat est : la nature humaine a été trouvée digne, en Jacob, de retrouver sa divinité. Quant à Israël, ce nom signifie : Celui qui cherche Dieu.

Après l'histoire de Jacob, il y a encore celle de Joseph, son onzième fils. Mais je ne commenterai pas cette histoire. La seule chose que je dirai, c'est que ce Joseph sera connu, plus tard, sous le nom de Jésus, Christ. En Joseph, déjà, il a été sacrifié, celui qui allait être connu comme étant le Sauveur de l'humanité.


Pour continuer, voyons les âges de l'humanité, las races qui ont peuplé la Terre de même que les âges de l'humanité.

Âges, Dates et Races.




Page corrigée en décembre 2016