LUCIEN : ... car laissée de côté par les myriades de civilisations ET de l'univers,

PIERRE : Encore faux. Il n'y a pas de myriades de civilisations ET. Tu iras lire. Comme je le mentionnais plus haut, la nouvelle Genèse, reçu entièrement en rêves, refète la vérité sur ce que nous sommes.

LUCIEN : Dans chaque individu de l'humanité, il y a de l'entropie, de la violence. Elle s'évacue en s'exprimant dans ceux qui ne sont pas assez évolués pour la réprimer. Ainsi les Palestiniens et les Israéliens se massacrent, les terroristes assassinent, etc... épurant nos énergies négatives crées et refoulées, à  tous.

PIERRE : Je m'inscris, encore une fois, en faux. Dans chaque individu, il y a de la violence, oui. Mais notre violence ne s'évacue pas en s'exprimant dans ceux qui ne sont pas assez évolués pour la réprimer. Les Palestiniens et les Israéliens se massacrent, les terroristes assassinent, vrai aussi, mais ils n'épurent pas nos énergies négatives, crées et refoulées.

Jésus n'a pas évacué sa violence dans les autres. Il s'en est servi, au contraire, pour agrémenter, si je puis dire, son message. Dans le temple, par exemple, Il a utilisé une violence (sa sainte colère) pour dire que la maison du Père ne devait pas être une maison de change et de commerce. Il a voulu montrer que la recherche de biens ne va absolument pas avec la recherche spirituelle, le temple en question représentant l'être humain.

LUCIEN : Si nous les transmutions tous en nous autour des assassins, ils ne pourraient l'exprimer.

PIERRE : Les assassins ont leur violence, nous la nôtre. Transmutons nos violences, d'accord et aidons ainsi les autres à  transmuter la leur. Les assassins ne transmuteront leur violence que lorsqu'ils comprendront que nous sommes UN et que la violence faite aux autres, c'est à  eux qu'ils la font.

LUCIEN : D'après LUMEN (le père/Mère créateur) nous sommes tous responsables des attentats du 11 septembre 2001. Il faut réformer nos coeurs et nos pensées pour que seuls la Paix et l'amour siègent... (selon moi)

PIERRE : Les taches sur le soleil sont la conséquence des vibrations négatives des hommes.

LUCIEN : Ainsi ces désharmonies n'empêcheront plus que lorsque toute l'humanité prie pour la paix, comme cela s'est fait récemment, une guerre n'éclate quand même en Irak pour continuer à épurer les anciennes énergies entropiques passées.

PIERRE : La guerre en Irak a été voulue par un dictateur, lui qui avait commencé une épuration, en Atlantide, et qui n'a pu la terminer à ce moment-là, avec son frère d'alors, parce qu'ils sont tous deux morts avant. Je parle de Bush fils et de Blair. [J'ai eu cette révélation d'un rêve.]

Il faut que tu comprennes quelque chose, Lucien. Les combats qui font rage sur terre au présent ne sont que le reflet de ce qui s'est passé voilà  des milliards d'années, au ciel, entre l'armée de Lucifer et celle de Michaël. L'armée de l'ombre a perdu. Ainsi, sur terre, se reproduit le combat. L'armée de l'ombre va encore perdre, parce qu'elle a perdu, en esprit. Ce qui est accompli en esprit se reflète dans la matérialité.

LUCIEN : L'autre solution serait la transmutation. Je m'y essaie avec l'amour et la compassion. C'est dur. Je crois à travers tes réponses, que tu n'as pas saisi cet aspect essentiel ! Comment t'épures-tu ? Ou alors je me plante dans ma démarche.

PIERRE : Je m'épure, ami, en accomplissant les désirs de Dieu. Cela peut sembler présomptueux, n'est-ce pas ? Mais, voici ce qui m'est arrivé.

Un matin, de bonne heure, (il y a près de 30 ans) je me tenais sur le porche d'une maison, chez des amis et je méditais. J'ai entendu cet ordre : "Pierre, abandonne tous tes désirs. " J'ai immédiatement ouvert les yeux. Impossible de méditer davantage.

Toute la journée, je me suis posé des questions. Mais, me dis-je, si j'abandonne tous mes désirs, que me restera-t-il? Six longues heures plus tard, incapable de toute autre activité, même de manger, j'ai finalement compris ce qui m'était demandé. Si j'abandonnais mes désirs, il me restait ceux de Dieu. J'ai immédiatement dit oui.

Aussitôt et dans les jours qui ont suivi mon acceptation, totale, entière et consciente, des choses extraordinaires sont survenues. Je comprenais enfin le but de ma vie sur terre, de ma mission particulière et je recevais tout ce dont j'avais besoin pour vivre décemment. Depuis, je n'ai jamais plus été dans le manque. J'ai aussi compris et accepté le travail immense que j'allais devoir faire sur mon ego.

Dans la pratique, comment est-ce que cela se produit ? Tous les matins, je me réveille en disant : «Seigneur, que fait-on aujourd'hui ? »

Une fois en particulier, en février, un dimanche matin, après avoir posé la question, Dieu m'a dit, en clair : «Pierre, va à Ville-Marie.» Ville-Marie est un village situé à plus de 120 km de l'endroit où je demeurais alors. J'y suis allé. Arrivé là, je ne savais pas pourquoi je devais y être. J'ai fait le tour du village deux fois pour m'arrêter, las, incompréhensif, devant un café chrétien. Surpris (je n'avais pas lu le nom du restaurant avant que de m'arrêter devant), je suis descendu de voiture et suis allé manger un peu.

Pendant que je mangeais, deux jeunes hommes sont entrés et se sont installés à une table. Se sont mis à parler. Un moment donné, l'un d'eux a dit à  l'autre : «mais tu sais bien que la perfection n'est pas de ce monde !»
 
Je me suis immédiatement tourné vers eux et, pointant le bras et l'index, j'ai dit : «un instant!» Et, crois-le ou non, j'ai parlé de Dieu jusqu'au soir.

Le propriétaire du restaurant était là. Il m'a dit qu'il n'avait jamais entendu parler de Dieu de cette façon et il m'a chaudement remercié. À un autre (79 ans), j'ai imposé les mains, à genoux devant lui, lui qui marchait avec une canne. Après, il n'en a plus eu besoin. J'ai aussi consolé une femme, plus riche que les autres, qui était dénigrée par ces autres, parce qu'elle donnait aux pauvres, plus que les autres.

Des expériences comme celle-là, j'en ai vécu des dizaines, toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Un soir, j'ai parlé de Dieu, encore, à  6 professeurs de religion. Ils ont découvert un Dieu qu'ils ne connaissaient pas.

Ailleurs, dans un autre village, j'ai imposé pendant deux mois, les mains à  une femme qui souffrait d'un cancer généralisé. Couchée depuis près de six mois, elle s'est relevée pour recommencer à vivre et avoir des activités avec sa famille.

Comment est-ce que ça se traduit, encore ? Je rêve parfois des choses très dures et Dieu, toujours Lui, me dit de placer ces rêves (et les interprétations) sur Internet. Je m'exécute immédiatement.

Parmi mes érits, des choses choquent. C'est voulu. Je ne fais que répondre aux désirs de Dieu.
D'après les rêves que Dieu me donne, je suis venu pour expliquer les mystères, pour être dans le salon des autres et pour que d'autres vivent. Dernièrement, un rêve m'a dit que j'étais ici, en plus de tout le reste, pour brasser les cages. Il est temps que les gens se réveillent !

Je crois savoir, aussi, qu'à cause de mes écrits, l'Église va m'excommunier. Mais un jour, mes écrits seront acceptés. Tous. Ils formeront la base de la nouvelle philosophie qui unira toutes les religions, tous les peuples, toutes les races. Ça aussi est une promesse de Dieu. Aussi longtemps que j'accomplis Sa volonté, je suis sûr de lui, protégé, aimé.

Un matin, il y a sept ans, je me suis réveillé en pleurant. L'émotion du rêve était trop grande et la connaissance reçue, trop importante. Dieu m'avait démontré que je ne croyais plus à  rien. Je savais. Ma foi a fait alors un bon extraordinaire. Elle était dorénavant basée sur la Connaissance et non plus sur de simples croyances. Dieu a dit, au cours de cette nuit-là : «Pierre, tu ne crois plus. Tu sais ! »

LUCIEN : Et paraît-il : «Il est absolument impossible d'intégrer l'Amour Universel, de le comprendre comme vous le devriez, si vous n'avez pas compris tout ce qui vous motive, tout ce qui vous entoure, tout ce qui fait partie de votre vie dans les épreuves aussi bien que dans les joies».

PIERRE : Je ne suis pas d'accord. Il est absolument possible d'intégrer l'Amour Universel et inconditionnel. Cela se fait, dans la conscience, pas à  pas, selon notre compréhension et les connaissances que nous parvenons à acquérir. L'Amour inconditionnel est. Pour l'acquérir, il faut y monter. Tu l'intègres, au fur et à  mesure que tu grandis. Mais, ami, l'Amour est et imprègne tout. Que tu le saches ou pas, que tu l'acceptes ou pas, que tu en aies conscience ou pas. Tu es dedans, au centre de lui, au milieu de lui et lui, ð miracle, il est au-dedans de toi, au centre de toi, au milieu de toi.

LUCIEN : La citation au-dessus ne contredit pas ce que tu me réponds, il me semble !

PIERRE : Pardonne-moi, je me suis mal exprimé. Nous n'avons pas à  intégrer l'Amour Universel. Nous SOMMES Amour, Sagesse et toutes les autres qualités de Dieu, puisque nous sommes UN. Notre seul travail consiste à  reconnaître en nous que ces mêmes qualités et que cet Amour font partie de nous, que nous en sommes les dépositaires et les utilisateurs. En même temps, si tu tiens absolument à intégrer ce que tu as, ce que tu es, tu l'exprimes. Tu aimes.


Lien suivant